Si l’on veut éviter la louange excessive de Jacques Delors ou le dénigrement des eurosceptiques, il faut examiner clairement le texte adopté par le Conseil européen et rédigé par la Présidence allemande.

Ce texte comporte, en effet, la reprise d’une grande partie de la substance du Traité constitutionnel mais s’accompagne de décisions négatives telles que le maintien en activité des deux Traités de Maastricht et de Nice, et la substitution d’une série compliquée d’amendements au texte unique du Traité constitutionnel.

Pour éclairer notre jugement, nous allons examiner le texte à partir des 9 critères que je vous avais proposé la semaine dernière, et ensuite nous pourrons discuter de la structure du nouveau texte, comparée à celle du Traité constitutionnel, pour évaluer s’il y a ou non simplification et clarification.

A bientôt.